EN 1
CLIC

Baseline

Site officiel de la ville des Sables d'Olonne

CulturePatrimoine_PatriciaRobineau

Les courses de chevaux sur la plage

LS106

La Lettre des Sables vous fait remonter le temps en évoquant les courses de chevaux sur la plage. C'est là que spectateurs et parieurs se retrouvaient bien avant la création de l'hippodrome de la Malbrande. La plus belle conquête de l'homme va y faire un bref retour le 29 mai prochain.

C'est sous le Second Empire que les courses de chevaux font leur apparition aux Sables. En effet, le programme de la "Fête Sablaise" du mardi 22 août 1854 comprend des régates, une pêche aux canards, des courses à cheval (à 16 h), des courses diverses, un dîner champêtre dans le jardin du Casino, suivi d'une grande illumination du Casino et d'un feu d'artifice sur l'eau. Faute d'hippodrome permanent, les courses de chevaux ont alors lieu sur la grande plage. L'hippodrome de la plage, dont la piste est d'environ 1 500 m, permet des courses de trot monté, de galop, de haies et de steeple-chase militaire. Ces courses prennent rapidement de l'importance et rencontrent chaque année un succès populaire indéniable. À la même époque, de nombreuses autres courses hippiques ont lieu en Vendée pendant l'été, notamment à Luçon, La Roche-sur-Yon, Fontenay-le-Comte, Challans et Montaigu.

Aux Sables-d'Olonne, c'est la commission des courses et régates, sous l'égide de la municipalité, qui organise, au mois d'août, ce grand rendez vous de la saison balnéaire et de 1858 à 1870, cette manifestation se déroule sous le haut patronage de Son Altesse Impériale Mme la Princesse Mathilde.

À l'origine, les courses hippiques sont prévues sur une seule journée, avant de se dérouler sur deux jours à partir de 1897 puis sur trois en 1901.

L'arrivée du chemin de fer en 1866 va favoriser sans conteste l'essor de ces courses, notamment après la mise en place des fameux "Trains de Plaisir".

Les paris mutuels semblent organisés aux Sables dès 1896.

Peu d'incidents ont émaillé ces courses de chevaux sur la plage, hormis d'inévitables chutes heureusement sans gravité, un bain forcé pour l'un des concurrents et quelques échanges de coups de cravaches entre jockeys.

Parallèlement, des courses d'ânes sont organisées sur la plage à partir de l'année 1865. Elles servent d'abord d'intermèdes dans ces journées de fête, avant de figurer à leur tour dans le programme des animations estivales dès 1883. En effet, ces courses remportent elles aussi un grand succès car "elles donnent lieu à des incidents du plus haut comique, quelques aliborons refusant carrément de marcher, d'autres se débarrassant de leur cavalier avant de rejoindre leur écurie, quelques autres se dérobant au moment de toucher au poteau parce que leur écurie était là, tout près, au grand désespoir de leur jockey...pour rire".
Les courses d'ânes sont des courses au galop, des courses de paniers à quatre places attelés de deux bourriquets ou des courses de steeple-chase. Par la suite, les courses d'ânes sont associées aux courses de chevaux de pays. Ces dernières ont lieu au mois de septembre et attirent également une foule importante par la qualité des animaux en compétition : "On ne voit dans la course sur la plage que des chevaux de pays, des chevaux superbes élevés principalement dans les marais de Challans, Soullans et Saint-Gervais ; bêtes magnifiques qui, par le plus grand nombre, alimentent la sélection du haras de La Roche-sur-Yon, l'un des mieux tenus et des plus beaux de France".

LS106_2

Cependant, en 1913, le premier président de la Cour des Comptes juge illégales l'exploitation directe par la Ville des Sables-d'Olonne d'un champ de course (depuis la mise en vigueur de la loi du 2 juin 1891) et l'utilisation de la plage à cet effet. Dans l'obligation d'obtempérer, la Ville des Sables-d'Olonne se porte acquéreuse de la ferme de la Lande (24 ha) au Château-d'Olonne, non loin de Saint-Jean d'Orbestier, dans le but d'y implanter un hippodrome.

Dans le même temps, une société des courses est créée le 21 décembre 1913, société dont M. Léon Herbert prend la présidence. Les statuts sont approuvés par le Ministre de l'Agriculture le 30 janvier 1914.

En 1914, les courses programmées sur la plage le 13 août et sur l'hippodrome de la Lande le 13 octobre sont annulées du fait de la guerre. Réquisitionnés par les autorités militaires pour en faire un champ d'aviation, les terrains sont fortement endommagés et nécessitent d'importants travaux de réaménagement. Les courses ne reprennent donc à la Lande qu'à l'été 1921 et ce, jusqu'en 1939.

C'est ainsi que les dernières courses de chevaux sur la plage ont eu lieu les 21 et 22 août 1920.

Quant à l'hippodrome de Lande, la société des courses hippiques en est progressivement écartée par l'Aéro club de la Vendée à partir de 1935.

Après la Seconde Guerre mondiale, il est donc décidé l'aménagement d'un nouvel hippodrome à Saint-Jean d'Orbestier et les premières réunions sont données en 1947.

Cependant, à la fin des années 1960, l'hippodrome d'Orbestier ne répond plus aux besoins de la Société des Courses.

En décembre 1968, la municipalité fait l'acquisition de la ferme de la Malbrande (35 ha) située sur la commune de Talmont-Saint-Hilaire pour y implanter son nouvel hippodrome dont l'inauguration des courses à lieu le 12 juillet 1970 et l'inauguration officielle du site le 31 août 1975.

En 1981, l'hippodrome de la Malbrande est considéré comme le deuxième hippodrome des Pays de Loire (après celui de Nantes) et a la meilleure piste de la région.

En 1998, l'hippodrome des Sables est classé en 1ère catégorie nationale (comme Nantes) dans trois disciplines (trot, obstacles et galop).

En 2005, l'hippodrome de la Malbrande a subi une importante cure de jouvence grâce au fonds commun des courses, au Département, à la Région, à la CCO, aux communes des Sables-d'Olonne et de Talmont-Saint-Hilaire qui ont investit 2 M d'euros dans ce chantier.

Retour
  • Partager cet article