EN 1
CLIC

Baseline

Site officiel de la ville des Sables d'Olonne

remblai-(40)ThibaultJandot

Port de commerce

Face au port de pêche, le port de commerce connaît lui aussi une activité permanente, entre les entrées d'énormes cargos dans son bassin à flot et les norias de camions qui chargent des marchandises au pied des gigantesques silos. Un territoire de grues, de chargeurs et d'engins de manutention divers, dans une zone dont l'accès est interdit à toute personne étrangère au service.

 

UN PEU D'HISTOIRE ET D'ÉCONOMIE

La construction d'un bassin à flot, entre 1871 et 1874, sur l'île de la Cabaude, va permettre le développement du trafic des navires de commerce aux Sables-d'Olonne. A la fin du XIXe siècle, le port des Sables était considéré comme l'un des principaux ports pétroliers de France. Il était également spécialisé dans le trafic de houille et de nombreuses usines de charbons étaient installées sur la Cabaude.

L'édification des silos à grains de la CAVAC en 1937 va favoriser les exportations de céréales à partir du port des Sables. Peu après s'implante aussi la Glacière Coopérative «Avenir de l'Entente Cordiale», aujourd'hui classée Monument historique, qui était spécialisée dans l'avitaillement des bateaux puis dans la fabrique de glace en paillettes pour les marins pêcheurs. L'entreprise vendéenne PRB s'implante à son tour sur la Cabaude en faisant ériger deux silos pour le ciment en 1999.

Aujourd'hui, le port de commerce occupe la 22è place au niveau national et est l'un des principaux ports de la façade Atlantique. La Chambre de Commerce et d'Industrie de la Vendée, concessionnaire du port de commerce, gère les infrastructures portuaires, entretient les quais, le bassin à flot et les accès pour permettre son développement. Elle donne pour le trafic de 2015 les chiffres suivants :

  • 434 navires dont 153 cargos, 146 sabliers et 132 rotations CASAM pour l'avitaillement de L'Ile d'Yeu,
  • un tonnage total de 983 411 T, en hausse globale de 4,64% par rapport à 2014.

Le port desservant l'une des principales régions céréalières françaises, son trafic est essentiellement agricole même s'il tend à se diversifier vers le sable, le ciment, les engrais et le bois.

Parmi les professionnels indispensables au bon fonctionnement de cet espace portuaire : le Pilote de la Loire, pour le lamanage et le remorquage des bateaux ; le courtier en marchandise Delaroche Lebon ; l'agence maritime Pierre Lambot, courtier maritime et consignataire ; les Ets Pajarola et Cie, pour l'avitaillement de l'île d'Yeu à raison de plusieurs rotations par semaine, et les opérations de chargement et déchargement effectuées par une grue embarquée d'une capacité de 14 tonnes ; la SOGAM, pour la manutention et le dédouanement des marchandises.

Autour des très visibles silos de PRB et de la CAVAC, de nombreuses entreprises sont également présentes sur cette zone de la Cabaude, parmi lesquelles les Ateliers Lefebvre, Service de réparation de bateaux ; Atlantique Réparations Navales, l'un des spécialistes nationaux de la senne danoise ; CFMP, Chaudronnerie Forge Marine Pépin ; Électronique du littoral ; Atlantique Scaphandre, travaux sous-marins ; Picard peinture ; Ocea, l'un des pionniers de la construction navale aluminium ; Privilège Marine, constructeur de yachts de luxe.

LES ÉQUIPEMENTS DU PORT

  • un bassin à flot de 4,2 hectares, fermé par une écluse datant de 1964 et réhabilitée en 2011. Les dimensions du sas permettent l'accessibilité des navires jusqu'à 16,50 m de large et 110 m de long, d'un tonnage maximum de 4 500 tonnes, pour un tirant d'eau de 5 m à la pleine mer, pouvant atteindre 6,5 m en période de vives eaux,
  • 550 m de quais,
  • 6 postes à quai avec un terminal sablier et un terminal cimentier,
  • un élévateur à bateaux de 500 tonnes de capacité, capable de saisir des unités de 48 mètres de long et de 12 mètres de large.

Outil puissant à la pointe de la technologie dans le domaine de la réparation navale, l'engin est le 2ème plus puissant de l'ouest après Lorient. Course en solitaire, pêche, construction navale, commerce, plaisance, il intervient dans tous les domaines et redynamise toute la filière navale du département.

Son étendue est de 28 m de long, 20 m de large et 20 m de haut. Le terre-plein qui le borde a triplé sa surface portée à plus de 12 000 m2 sur lequel peuvent stationner jusqu'à 15 navires.

Retour
  • Partager cet article