EN 1
CLIC

Météo - Marée

Eclaircies
10°C
Coef

Baseline -interne

Site officiel de la ville des Sables d'Olonne

CulturePatrimoine_Chaissac

Conférences des Amis du Musée

L'association des Amis du Musée de l'Abbaye Ste-Croix poursuit son cycle de conférences tout au long de l'année.

  • Jeudi 12 octobre 2017
    L'image de l'image : histoire, photographie, peinture d'histoire

    par Jean-Paul Ameline, conservateur honoraire au Musée national d'art moderne, Centre Georges Pompidou

    L'exposition « Bernard Rancillac », présentée cet été au Musée de l'Abbaye Sainte-Croix, a rappelé le rôle capital du réemploi des images issues des mass-médias (photographie de presse, affiche, bandes dessinées) par une génération de peintres qui émerge dans les années soixante et retrouve le chemin d'une nouvelle figuration.

    En rupture avec l'esthétique de la génération précédente marquée par la domination de l'abstraction, les artistes de la Figuration narrative à Paris (Arroyo, Klasen, Monory, Rancillac, Télémaque...) comme ceux du Pop Art à New York (Warhol, Lichtenstein, Rauschenberg, Rosenquist...) aboutissent à la confrontation directe avec un monde visuel en pleine révolution.

    Cette réutilisation des images issues des médias ne signifie pas pour autant soumission aux règles d'une société bouleversée par le triomphe du spectacle et le règne de la marchandise.

    C'est au contraire le rapport trouble au réel entretenu par ce flot d'images que les artistes révèlent en offrant à celles-ci une seconde vie en peinture, et ceci au moment où une actualité politique brûlante bouscule les unes des journaux et les programmes de la télévision.

    En 1967, dans la préface qu'il écrit pour l'exposition de Bernard Rancillac « L'Année 66 » qui rassemble les peintures de l'artiste dédiées à l'actualité politique internationale, Pierre Bourdieu utilise pour la première fois l'expression « image de l'image » pour décrire ces œuvres qui questionnent les effets de réel produits par les photographies venues de la presse à sensations.

    Une telle problématique n'est pas propre à Rancillac. Du milieu des années 1960 au milieu des années 1970, le recours à la réutilisation du reportage photographique se généralise en Europe comme aux États-Unis chez les artistes qui interrogent ces images d'actualité et aboutissent paradoxalement à une nouvelle peinture d'histoire, très loin des traditions propres à un genre qui avait durant des siècles marqué l'histoire de la peinture.

  • Jeudi 9 novembre 2017
    Gaston Chaissac, peintre naïf ? Les relations Chaissac - Jakovsky aux prismes de la correspondance et des textes critiques

    par Vanessa Noizet, doctorante en histoire de l'art, chargée de recherches au Musée national d'art moderne, Centre Georges Pompidou
  • Jeudi 30 novembre 2017
    Dubuffet : la fabrique de l'art brut

    par Baptiste Brun, maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université Rennes 2
  • Jeudi 14 décembre 2017
    André Breton et l'art magique
    par Jeanne-Bathilde Lacourt, conservatrice en charge de l'art moderne au LaM, Villeneuve d'Ascq
  • Jeudi 8 février 2017
    Quand les artistes font leur cinéma : du film expérimental à la vidéo

    par Philippe Piguet, critique d'art, commissaire d'exposition indépendant
  • Jeudi 15 mars 2017
    Le Portrait

    par Itzahk Goldberg, critique d'art
  • Jeudi 5 avril 2017
    Un coefficient d'art : pratiques numériques plurielles d'un art contemporain singulier

    par Dominique Moulon, critique d'art et curateur indépendant, docteur en Arts et Sciences de l'Art

Salle des conférences - 18h30 - Entrée libre

  • Partager cet article