EN 1
CLIC

Baseline -interne

Site officiel de la ville des Sables d'Olonne

CulturePatrimoine_Chaissac

La plage vue du sable : des Sables d'olonne à Sète

Exposition de photographies en noir et blanc de Pierre M.
Du 30 octobre 2017 au 2 janvier 2018
Hall de la Mairie

 

Les Sables-d'Olonne, la plage de mes vacances d'enfance toujours et encore...
Sète, "ma" plage depuis plus de vingt ans. Une station balnéaire de l'Atlantique plus que centenaire, une ville-port de la Méditerranée gardienne des eaux de Mare-Nostrum et de Thau.

Deux lieux chers et riches de mes promenades, échanges, divagations, heures passées assis, debout, allongé ; les clichés de ces instants de vie furent saisis aussi dans ces attitudes.
Photographies estivales empiétant sur l'automne pour les Sables-d'Olonne, et hivernales débordant sur le printemps pour Sète et son Lido.
Le choix du noir et blanc et d'un format d'impression plus intimiste paraissait évident pour épurer, simplifier le regard de qui voudra bien s'approcher.
J'ai voulu garder les images de ces rencontres évidentes de ces autres improbables, de ces aperçus de lumières de toutes ces matières ou ces densités... Plus qu'une balade, j'y étais... vous y êtes !
Traces éphémères... et scènes quotidiennes de plages.

Quelques repères, les miens bien sûr :

Ainsi vous pourrez faire la connaissance du laboureur de la plage à genoux humblement, apercevoir une marguerite qui fleurit la chevelure d'une ramasseuse de pignons (tellines).
La plage qui se révolte en régurgitant son sable, un cœur qui se dessine en hiver, la plage comme musée très temporaire (à peine huit heures) de vieux gréements ; mais aussi Paul le poulpe pour son dernier échouage en Méditerranée.
Des paillotes aux tentes de plage il n'y a qu'un pas, celui du volleyeur, des boulistes ou du sauveteur, communauté de destins de ces deux cités, comme une vie partagée à des kilomètres de distance.
Joie, tristesse, mélancolie de ces personnages, ces inconnus qui "habitent" ces plages, visage inespéré de Poséidon qu'une méduse délicatement enchevêtrée dans du goémon nous dessine..., la fille aux oiseaux lors d'une "renverse de Tramontane", l'océan qui sculpte le sable, et l'écume qui achève la houle... venue de la haute mer.

Suivez pour un temps ce chemin proposé, il sera aussi le vôtre, qui résonnera de votre imaginaire et de vos propres souvenirs.

Pierre M.

PIERREM
  • Partager cet article