EN 1
CLIC

Baseline -interne

Site officiel de la Commune nouvelle des Sables d'Olonne

VivreLesSables_ThibaultJandot

« Allô seniors », le fil est maintenu après le confinement

Le Centre Communal d’Action Sociale de la Ville a œuvré pendant tout le confinement pour venir en aide aux Sablais les plus vulnérables. Le dispositif « Allô seniors », en particulier, a maintenu le lien avec les plus fragiles d’entre-tous, confinés dans les Ehpad ou les différentes résidences publiques ou privées. Des liens parfois forts se sont créés dont certains vont survivre au déconfinement.

Allô_séniors

Elles ont pris l’habitude de s’appeler deux fois par semaine. Marie-Pierre Haberland, 33 ans, en formation de moniteur-éducateur à Angers, s’est rapidement liée d’amitié avec Yolande, 96 ans, pensionnaire sablaise. « Mon stage d’étude venait d’être annulé à cause du confinement. Je me suis donc naturellement tournée vers le site internet de la réserve civique. C’est là que j’ai découvert le dispositif « Allô seniors » du CCAS de la Ville des Sables», explique Marie-Pierre.

Comme elle, ils ont été près de deux-cents à donner bénévolement de leur temps pendant toute cette période difficile - des élus, des Sablais et des anonymes de la France entière – sur les différentes actions mises en place par le CCAS : le portage des courses et des repas à domicile, la distribution de masque et Allô Seniors. « Nous avons porté nos efforts dans le maintien d’un lien avec les plus vulnérables pendant toute la période du confinement », résume la direction du CCAS.

Grâce à ce dispositif « Allô seniors », une petite quarantaine de résidents confinés dans les foyers logements des Fleurs Salines et des Genêts d'Or ainsi que dans les EHPAD des Cordeliers et des Vallées ont eu le réconfort d'être appelés régulièrement. Une trentaine de bénévoles, dont les deux tiers issus de la réserve civique, se sont en effet relayés au bout du fil pendant toute la période du confinement et même au delà pour certains.  Les professionnels du CCAS, de leur côté, ont assuré un lien téléphonique avec les 250 bénéficiaires habituels de la structure d’action sociale.

Pour Marie-Pierre et Yolande, ce lien ne s'est pas coupé avec la fin du confinement. « On continue de s’appeler et j’ai même prévu d’aller la voir cet été, en juillet si c’est possible » , s’enthousiasme la jeune femme. Les deux interlocutrices se sont découvert des points communs, un même désir d’apprendre le piano par exemple, qui ont fini par déboucher sur une complicité réelle. Marie-Pierre a décidé d’orienter ses études vers les adolescents mais cette mission bénévole restera une belle expérience de vie.

 

  • Partager cet article