EN 1
CLIC

Météo - Marée

Orages
7°C
Coef

Baseline -interne

Site officiel de la Commune nouvelle des Sables d'Olonne

remblai-(40)ThibaultJandot

ROSERAIE FRANCOIS DORIEUX ET SON JARDIN

Créée en 2000, la roseraie François Dorieux est riche de près de 1200 rosiers. Elle dévoile chaque été sa beauté et ses parfums. Cet espace floral ouvre ses portes du 1er week-end de juin jusqu'au mois de septembre. Plus de 150 variétés de rosiers sont présentées au public.

François Dorieux, rosiériste à Montagny a offert à la ville des Sables d'Olonne en 1997 sa collection de rosiers à l'origine de la roseraie. Il avait proposé à la ville la création de 3 roses "Ville des Sables d'Olonne", "Vendée Globe" et "Cap Horn". La collection contient nombreuses variétés dont les noms évoquent le thème de la mer "Senteur des îles", "Bora Bora" ou "Reflets de Saint Malo".

 

tract_serres_2017

tract_serres_2017_2

tract_serres_2017_3

tract_serres_2017_4

Les événements de la roseraie

  • deux matinées Taille de rosiers sont organisées en février avec démonstrations et conseils des jardiniers
  • ouverture et visites de la roseraie et de son jardin de fin juin à fin septembre (du 30 mai au 30 septembre 2020)
    Visites guidées possibles par groupes, inscriptions auprès de l'Office de Tourisme
  • Critérium du dahlia organisé tous les deux ans (de la mi août à début sept en 2020)

Ce site ouvert au public de juin à septembre chaque année est divisé en trois parties :

  • la roseraie,
  • le jardin avec les collections de plantes à massif,
  • les hortensias et bambous.

Comment est née la Roseraie ?

Dès 1997, René Grange directeur des Etablissements "Jeanne de Laval" a présenté François Dorieux, rosiériste à Montagny, à la municipalité, puis celui-ci a proposé la création de 3 roses "LES SABLES D’OLONNE", "VENDEE GLOBE" et "CAP HORN". Ces trois roses ont été baptisées en juin 2000 parrainées par le maire de l'époque Louis Guédon, et les navigateurs Philippe Jeantot et Jean-Luc Van Den Heede.

François Dorieux a offert à la Ville des Sables d’Olonne sa collection de rosiers à l’origine de la roseraie inaugurée en 2000.

En 2015, la roseraie a été baptisé "Francois Dorieux" en hommage a l’obtenteur . Aujourd’hui on comptabilise 200 variétés dont certaines d’autres obtenteurs, comme Isabelle Autissier, Christophe Colomb, Canicule, Jacques Cartier.

Quels événements proposez-vous au public ?

On compte environ 3000 visiteurs chaque année. L’accès au public est possible de début juin à fin septembre tous les après-midi. L'ensemble des massifs est étiqueté, un jardinier animateur présent en juin, juillet et août renseigne le visiteur.

A l’occasion du week-end portes-ouvertes, la roseraie accueille jusqu’à 1000 personnes. L’organisation de différentes animations permet de sensibiliser et d’informer les visiteurs, notamment sur les pratiques de protection biologique intégrée. Ce sont en général des passionnés, qui viennent pour la beauté et le parfum des roses.

Deux journées « initiation à la taille des rosiers » sont organisées chaque année en février.

La Ville dispose également de collection de Cannas et de Dahlias. Comment vous est venue cette idée et pourquoi ?

Le canna ou balisier introduit dans les jardins dès 1856 a toujours été très utilisé aux Sables d'Olonne grâce à sa bonne tenue en bord de mer, nous présentons quelques variétés originales en association avec les collections de plantes à massif.

Dans le cadre de la certification LABEL ROUGE initiée pour le Dahlia par l'organisme "Excellence Végétale", la Ville organise depuis 2012, un critérium du dahlia qui revient tous les deux ans.

Une troisième partie dédiée aux bambous et hortensias

On peut apercevoir une troisième partie du site : la collection de bambous.

Ce n’est pourtant pas une plante typique de nos régions ! Non, mais le bambou est un végétal qui aime un sol riche et frais, ce qui correspondait tout à fait à cet emplacement.

Le bambou permet également de délimiter la zone ouverte au public de la zone réservée aux productions. Nous disposons aujourd’hui de 19 variétés de bambous comestibles.

Pourquoi avoir créer des massifs au cœur de cette « forêt » de bambous ?

Tout simplement pour exposer au public la palette de plantes utilisées par la Ville pour le fleurissement, soit 250 plantes à massif composées de plantes annuelles et vivaces de notre production. Nous profitons de cette vitrine pour tester les nouvelles introductions et valider leur plantation en ville.

Collection d Hortensias

Dans les massifs prés du ruisseau nous proposons une gamme d’hortensias à floraison estivale.

Cette plante propice aux zones humides et mi-ombre offre une floraison durant tout l’été. Les nouvelles variétés sélectionnés ont aussi des feuillages et des tiges très décoratives en automne.

Du blanc au rouge en passant par les violets et les bicolores nous comptons une soixantaine de variétés dans la gamme "macophylla", "arborescens", "paniculata", "serrata", "aspera.  

Parlez nous des techniques utilisées pour lutter contre les parasites !

Depuis 2010 , nous utilisons des auxiliaires pour contenir les populations d'insectes ravageurs de l'ensemble de nos cultures. Aujourd'hui nous intervenons par des lâchers réguliers sur nos productions, de la culture jusqu'aux massifs de ville, et dans la Roseraie.

En 2018 dans la roseraie nous avons introduit 3 fois 1000 larves de coccinelle, le 15 mars, le 12 avril et le 17 mai. Nous introduisons aussi des larves d’aphidoletes (mouches piqueuses ) qui se nourrissent de pucerons.

Si nous effectuons des lâchers réguliers, nous faisons aussi en sorte de leur offrir un environnement propice à leur sédentarisation en plantant des haies et des arbustes, en utilisant des paillages et en oubliant des feuilles aux pieds des haies.

Sur le versant ouest du ruisseau et bordé côté rue par une double haie bocagère jalonnant un chemin creux, assurant le gîte et le couvert de nos auxiliaires sans oublier abeilles, bourdons et autres pollinisateurs.

Nous avons mesuré pleinement l'efficacité de ces pratiques lorsque mi-mars nous avons vu débarquer dans la Roseraie des milliers de pucerons 3 semaines avant les premiers lâchers d'auxiliaires, pucerons aussitôt suivis d' une cohorte de coccinelles, syrphes et aphidolétes qui avaient manifestement hiverné dans les parages et qui se sont repus de ces détestables parasites.

Nous assurons des observations sur rosiers dans le cadre du réseau de surveillance biologique du territoire pour l’organisme "polliniz" qui édite et diffuse un bulletin de santé du végétal sur la région des Pays de la Loire.




Retour
  • Partager cet article